Pour une transition énergétique "irréversible, prévisible et progressive"

Mis à jour : févr. 3



Pierre-Etienne Franc est Directeur des activités Hydrogène Energie chez Air Liquide, numéro 2 mondial des gaz industriels. Après vingt-cinq ans dans le groupe industriel, il est aujourd’hui responsable de l’ensemble des activités liées aux systèmes hydrogène. Il est aussi membre fondateur et secrétaire du Conseil de l’Hydrogène qui rassemble les ambassadeurs des principaux acteurs du développement de l’hydrogène au niveau mondial.

Selon vous, quels sont les principaux freins à la transition des entreprises vers une économie durable ?

Il est impératif, pour reprendre les termes de Nicolas Hulot, que la transition énergétique soit pilotée par une démarche politique concertée et forte, qui rende celle-ci "irréversible, prévisible et progressive". Dans ce contexte, les entreprises peuvent apporter des éléments d'appréciation sur la dynamique de développement des solutions technologiques et sur les enjeux de système qui permettent ou freinent un déploiement rapide.

Vous êtes signataire de La Tribune parue dans Les Échos, pourquoi soutenez-vous l'initiative de la Convention21 ?

Parce qu'il faut que les entreprises puissent ouvertement agir comme des parties prenantes de ce sujet dont elles détiennent les technologies. Elles peuvent déployer les bons business models et disposent souvent des moyens financiers et de la présence internationale nécessaires pour faire avancer les choses de manière globale et pas simplement dans un seul pays. La dynamique d’émulation que porte la Convention21 doit leur offrir l'opportunité de sortir d'une posture purement économique pour embrasser une posture plus sociétale et donc regarder le sujet sous un autre angle.

Pour vous, la Convention21 sera une réussite si…

Si les entreprise parviennent à convenir d'une ambition, et des outils qui permettent de la mettre en oeuvre rapidement. Pour conclure, la Convention21 en trois mots clefs ? Concertation, ambition, émulation !